Groupe Mumford & Sons

Share Button

Méconnu du public français, le groupe britannique est la sensation du moment aux Etats-Unis. Explications.

C’est l’histoire du Petit Poucet qui dévore l’ogre. Soit le groupe britannique Mumford & Sons, quatre musiciens propres sur eux, loin de tout scandale ou de toute polémique, qui viennent de ravir à Justin Bieber le titre de meilleur démarrage de l’année aux Etats-Unis. Avec leur deuxième album, intitulé Babel, la formation de Marcus Mumford a vendu 600 000 exemplaires en une semaine, dont 420 000 téléchargements. Mieux que l’idole des ados, dont le dernier album, Believe, s’était écoulé à 220 000 copies en juin. Pour couronner le tout, les quatre musiciens squattent actuellement les charts américains avec six morceaux classés simultanément dans le Top 100, une première depuis les Beatles en 1964.

De la country pour les stades

Pourtant, l’engouement autour de ce groupe ne date pas d’aujourd’hui. Entre un premier album à succès, Sigh no more (2009), qui avait déjà valu au groupe 6 nominations aux Grammy Awards, et ses 3,2 millions de fans sur Facebook, on a connu début de carrière plus désastreux. Mais avec ce deuxième album, leur folk de poche prend des dimensions épiques et fiévreuses. Le style musical du combo ressemble désormais à de la « country pour les stades » et déchaine véritablement les foules, à en juger par le clip du single « I will wait », déjà vu plus de 5 millions de fois sur YouTube.

A l’image de tubes incontestables comme « Lover of the light » ou «Below my feet », le groupe rappelle l’énergie et la vitalité de formations comme Coldplay, avant qu’ils ne remplissent de gigantesques enceintes dans le monde entier. Ce succès confirme également la grande affection du public américain pour la country, la preuve avec le carton récent de la jeune chanteuse Taylor Swift, qui peine à confirmer l’essai en Europe. Ultime signe de sa reconnaissance populaire, Mumford & Sons est même sur le point de lancer une nouvelle mode. D’autres groupes de folk ambitieux, comme les Américains de The Lumineers, les Londoniens de Dry the River ou les Islandais de Of Monsters and Men devraient en effet suivre au cours des prochains mois.

 

Via http://www.metrofrance.com/culture/le-triomphe-tranquille-de-mumford-sons/mljh!fihAEOUjOtAL/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer des publicités ciblées, adaptées à vos centres d'intérêts, améliorer le fonctionnement du site et réaliser des statistiques de visites. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. Plus d'info

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer

Lire les articles précédents :
Le guitariste Biréli Lagrène sur TV5 Monde

  Le guitariste de jazz manouche, Biréli Lagrène, l’un des héritiers de Django Reinhardt, sera l’invité de Sébastien Folin dans l’émission...

Fermer